Le 25 Juillet 2017  

 

  Articles
  Livres
  Art plastique
  Caricature
  Agenda
  Archives
  Forums
Lettre d'information
Actualités gratuites de la ville d'Errachidia
 E-mail

 
 

CENTRE D’ETUDES ET DE RECHERCHES ‘ALAOUITES (CERA) RISSANI

Le Centre d’Etudes et de Recherches ‘Alaouites (CERA) fait partie d’un réseau de centres spécialisés en matière du patrimoine, dépendant du Ministère de la Culture. Le CERA, centre national, s’occupe de l’histoire et du patrimoine du Maroc sous le règne de la Dynastie ‘Alaouite (XVII ème siècle à nos jours). Crée en 1990, il fut installé à RISSANI, héritière de la grandiose ville de Sijilmassa, berceau des ‘Alaouites, avec l’arrivée d’Arabie de leur premier ancêtre, Al-Hassan dit addàkhil (l’arrivant) au cours du XIIIème s., du temps des Mérinides.


Des chef-d’œuvres en masse de terre :
Ksar Abbar (1830). Rissani

Le CERA est ainsi chargé de la collecte des sources historiques relatives à l’histoire générale du Maroc et principalement d’époque ‘alaouite, ainsi que les archives historiques et toute étude et publication s’y afférant. Il lui revient d’encourager les recherches et le contact entre chercheurs, d’annoter et publier les sources et les manuscrits et toute étude relative à l’époque, de renforcer les relations et l’échange avec les institutions scientifiques et culturelles au Maroc et à l’étranger. Il est aussi de son devoir de collaborer à la préservation du patrimoine marocain ‘alaouite et d’œuvrer à mieux le connaître et sensibiliser le large public à son égard, et ce à travers des études et des publications scientifiques et de vulgarisation.

Pour ce faire, le CERA est tenu d’organiser des conférences, des séminaires, des expositions et des colloques. Le plus important colloque est l’Université My ‘Ali Cherif. Comme il lui incombe d’effectuer des recherches de terrain et de réaliser des études architecturales et d’établir un inventaire et des fiches techniques pour le patrimoine concerné par son champ d’action.

Le CERA, espace large et adéquat étant installé dans une kasbah ‘alaouite du XVIIIème siècle, est doté d’une bibliothèque riche de quelques 5000 titres et comprend un petit musée archéologique présentant les trouvailles céramiques, numismatiques, industrielles et autres de la fameuse ville commerciale de Sijilmassa.


Une des centaines de kasbah ‘alaouites au Royaume.
Kasbah Boula‘ouane (1710). Doukkala

Un des éléments d’intérêt du CERA, Sijilmassa –chantier de fouilles- fut le plus grand carrefour caravanier du Maghreb, d’Afrique, d’Orient et d’Europe, du VIIIème au XIVème siècles, avant que, Venise, Gênes Marseille, Lisbonne, Castille,,, ne surgissent en tant que forces militaires et maritimes et centres commerciaux et culturels.

Les ksours, chef-d’œuvres en terre crue, qui redorent le blason de l’Oasis ininterrompue de Tafilalt sur une longueur de plus de 80 km entre Rissani et Errachidia, constituent une occupation majeure pour le CERA. Il en est de même pour le reste des monuments ‘alaouites, civils, religieux, militaires et palatiaux, à travers le Royaume, d’Oujda, Ceuta et Tanger à Smara et Lagouira au Sahara sur les frontières maroco-mauritaniennes.

Le champs est vaste et les monuments sont variés, de ce que ces grands bâtisseurs qui sont les ‘Alaouites ont ancré dans l’histoire et sur le sol de ce pays béni. De Meknès de Moulay Isma‘il à Essaouira (Mogador) de Sidi Mohamed ben ‘Abdallah, à la Kasbah de Smara de My Hassan I, aux Ksour de Tafilalt qui portent la touche artistique de tous les sultans ‘alaouites, à la Mosquée as-Sunna de Rabat et la gigantesque et inédite Mosquée Hassan II de Casablanca, le Maroc a de quoi être fier.

En revanche, ceci constitue un devoir, inlassable, pour le CERA et confère au Ministère de la Culture la lourde et noble tâche de promouvoir et sauvegarder ce patrimoine de valeur inestimable.


Un des chantiers de restauration (2002).
(ksar al-Fida : 1854. Rissani)

Heureusement, la Communauté internationale n’est pas restée indifférente à cette valeur universelle et singulière, en déclarant patrimoine de l’Humanité les médinas de Meknès, en 1996 et d’Essaouira / Mogador, en 2001, deux hauts lieux du Maroc ‘alaouite. D’autres monuments d’époque ‘alaouite sont concernés par la noble liste de l’Unesco de par leur situation dans d’autres médinas inscrites, telle est le cas à Fès, Marrakech et Tétouan.


Essaouira (1765), patrimoine mondial.
Bab al-Bahr (Porte de la Marine)

CENTRE D’ETUDES ET DE RECHERCHES ‘ALAOUITES (CERA) RISSANI

Tél & Fax : 212 55 77 03 05
E-mail : alaouit_patrimoine@yahoo.fr

 

Par : Aboulkacem CHEBRI, archéologue, RISSANI
E-mail : marocarcheo@yahoo.fr

d'autres articles sur Errachidia!culture

 
 
Livre

Mohamed AGOUJIL
Errachidia.org Tous droits réservés. 2001-2009 0661-533-019 Hébergé par : errachidia.net : hébergement web professionnel